Projet Grundtvig AML-Europe

AML-Europe signifie « Accompagnement et maintien dans le logement des personnes en situation de handicap psychique : quelles pratiques professionnelles en Europe ? » Ce projet, qui rassemble 6 partenaires sur la problématique du logement des personnes en situation de handicap psychique, est un projet européen d’une durée de 2 ans (2012 à 2014). 

Ce projet s’inscrit dans une logique de réforme internationale de la psychiatrie, préconisée par l’OMS, avec une réduction du nombre de lits hospitaliers, et davantage d’accompagnement médicosocial dans la cité. Cette réforme répond à la fois à différentes volontés et nécessités : pour la société civile, celle d’humaniser l’accompagnement et favoriser l’insertion et l’autonomie des personnes ; pour le pôle administratif et politique, celle d’une réduction des coûts hospitaliers.

Le contexte de réforme de la politique de santé mentale vise le passage d’un modèle hospitalocentré vers un modèle de soin intégré dans la communauté. La diminution drastique du nombre de lits hospitaliers implique le développement nécessaire de réponses adaptées en termes de logements et de réhabilitation. On parle alors de désinstitutionnalisation.

L’OMS plaide pour la fermeture de structures de type « asile » pour favoriser une approche communautaire des soins en santé mentale. Pourtant encore aujourd’hui, trop de personnes restent hospitalisées en longs séjours de manière inadéquate faute de solutions. Elles doivent trouver leur place dans des structures sociales ou médico-sociales d’hébergements ou de logements adaptés aux besoins spécifiques des personnes en situation de handicap psychique et bénéficier d’un accompagnement spécifique. Mais le manque d’offre, de solutions adaptées fait partie du paysage de l’accompagnement en Europe, avec des besoins plus ou moins contrastés en fonction des pays. Ce projet ne consiste pas à additionner les connaissances sur les structures et services offerts dans le domaine du logement /hébergement, de chacun des pays partenaires mais plutôt à renforcer la coopération entre la recherche européenne en santé mentale Publique, les institutions hospitalières et les structures sociales ; et entre les chercheurs et les professionnels des pays européens concernés afin de permettre aux usagers d’avoir des perspectives d’une meilleure offre de soin et d’accompagnement sur leur territoire.

Chaque pays partenaire a organisé un séminaire présentant le contexte national, les dispositifs logements et les outils d’accompagnement utilisés.

Rapports du projet :